Résultats de l'exercice de la journée de formation de Trois-Rivières concernant la définition du Développement durable

Le 2 juin dernier, à l’occasion de la journée de formation de l’Association québécoise d’urbanisme qui s’est tenue à Trois-Rivières, j’ai eu la chance d’ouvrir la journée en compagnie de mon collègue Marc-André Godin pour une conférence portant sur les prémisses et fondements du développement durable (DD). 

Nous avons entre autre présenté des définitions du DD ainsi que l’origine de l’idée, des approches d’application ainsi que certains éléments naturels et légaux importants.  J’espère que cette présentation aura été utile dans cette programmation chargée et passionnante. 

Ceux qui étaient présents se souviendront que la présentation avait commencé avec un exercice.  Il a été proposé à chacun de mettre sur papier sa propre définition du DD.  La définition pouvait prendre la forme de texte ou de figure, et être appuyée d’exemples.  Je vous propose aujourd’hui une analyse des résultats. 

Une définition légale

Commençons par nous rappeler la définition légale du DD, tel qu’elle est énoncée dans la Loi sur le développement durable (L.R.Q., chapitre D-8.1.1).  L’article 2 de cette loi énonce que :

Dans le cadre des mesures proposées, le «développement durable» s'entend d'un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Le développement durable s'appuie sur une vision à long terme qui prend en compte le caractère indissociable des dimensions environnementale, sociale et économique des activités de développement.

Le DD est donc un concept anthropocentriste, puisqu’il s’articule autour des besoins humains, actuels et futurs.  On comprend donc que la pérennité du développement est un objectif important du DD.  On remarque aussi les trois dimensions du développement durable, souvent illustrées par le diagramme de Venn, dont le caractère indissociable est souligné de manière non équivoque. 

Une multitude de définitions

L’exercice réalisé a permis de recueillir 76 définitions.  Les définitions ont été lues et différents concepts présents dans la définition de référence ont été recherchés, par exemple l’énoncé des trois dimensions, les besoin du présent, la pérennité et le caractère indissociable des trois dimensions.  Certains concepts récurrents ont également été comptabilisés, comme la qualité de vie ou l’exploitation des ressources naturelles.  Les exemples ont aussi été comptabilisés selon le domaine (matières résiduelles, transport, aménagement du territoire, etc).  Cela nous permet d’alimenter une discussion sur la perception du DD par l’audience avant les présentations. 

figure1 300812FIGURE 1 / La représentation du DD par le diagramme de Venn a été proposée par plusieurs participantsDes trois dimensions du DD, la protection de l’environnement est celle qui est revenue souvent dans les définitions.  76% des participants en ont fait mention, contre 57% pour la dimension économique et 43 % pour la dimension sociale.  Seulement 26% des participants ont mentionné les trois dimensions, et moins de 5% ont fait mention de leur caractère indissociable.  13% ont mentionné les besoins actuels tandis que 54% ont mentionné les besoins des générations à venir.  De plus, plusieurs ont mentionné la qualité de vie (16%) et l’exploitation des ressources naturelles (26%). Enfin, une illustration valant mille mots, 12% des participants ont choisi d’illustrer leurs propos avec un diagramme de Venn. 

Les exemples qui ont été mentionnés pour illustrer la définition du DD concernaient surtout l’aménagement du territoire (35%), la gestion des matières résiduelles (25%), le bâtiment (20%) et le transport (10%). 

Il n’est pas étonnant de voir le concept de DD fortement associé à la protection de l’environnement.  On ne se surprend pas non plus de voir que la dimension sociale est la plus occultée.  La préoccupation de favoriser la dimension sociale du DD souvent délaissée a d’ailleurs été soulignée par la grande majorité des intervenants lors des consultations menées par l’École nationale d’administration publique en préparation de Rio+20 (ENAP, 2012). 

figure2 300812FIGURE 2 / “Choisissez l’ordre” propose ce participant L’utilisation du diagramme de Venn par plusieurs participants était également prévisible puisqu’on le connaît comme une représentation graphique « classique » des trois dimensions (figure 1).  Mais ce modèle a une faiblesse importante puisqu’il sème la confusion quant au sens que peuvent prendre les dimensions.  Il donne également l’impression que le développement durable se limite à une zone de chevauchement entre les dimensions, s’adressant seulement à des spécialistes du domaine (Vérificateur général du Québec, 2007).  Il est certes difficile d’illustrer ce concept de manière concise et complète, en couvrant tous les aspects de la définition tout en s’assurant d’une compréhension générale.  L’un des participants l’a bien tenté, avec une pointe d’humour qui démontre bien le côté ludique de l’exercice (figure 2). 

L’utilisation d’exemples reliés au monde municipal n’est pas non plus une surprise considérant la provenance de l’auditoire.  D’excellents exemples auraient également pu provenir du monde industriel, du monde des affaires ou des milieux communautaires.  Par exemple, de nombreux cas d’entreprises peuvent être utilisés pour démontrer l’impact d’une culture du développement durable dans la performance à long terme (Eccles et collab., 2011), au Québec et ailleurs.  Ces exemples sont parfois moins porteurs que l’utilisation de matériaux recyclés en construction ou que l’aménagement d’un parc, mais leur impact sur la société n’est pas négligeable pour autant. 

Conclusion

En somme, bien que teintée d’une touche « municipale », la perception du développement durable exprimée par notre audience n’était guère différente de celle que l’on retrouve au sein de la communauté générale.  Il aurait certainement été intéressant de faire le même exercice après la journée de conférences pour voir si des différences marquées auraient été observées.  Mais demandez-vous, aujourd’hui, quelle serait votre définition du DD.  Je suis certain que si vous étiez présent le 2 juin, elle est plus définie et plus claire que ce qu’elle était au début de la journée.

Références

ENAP, 2012.  Économie verte et cadres institutionnels du développement durable – Rapport de consultation.  Laboratoire d’études sur les politiques publiques et la mondialisation, École nationale d’administration publique.  Présenté au Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs.  Avril 2012, 19 pages.  [En ligne : http://www.mddep.gouv.qc.ca/developpement/rio20/rapport-consultation-enap.pdf]

Vérificateur général du Québec, 2007.  Rapport du commissaire au développement durable - Rapport annuel du Vérificateur général du Québec à l’Assemblée nationale pour l’année 2007-2008, tome II.   Vérificateur général du Québec, 13 décembre 2007.  168p.  [En ligne : http://www.vgq.gouv.qc.ca/fr/fr_publications/fr_rapport-annuel/fr_2007-2008-T2/fr_Rapport2007-2008-T2.pdf]

Eccles, R.G., Ioannou, I. et Serafeim, G., 2011.  The impact of a Corporate Culture of Sustainability on Corporate Behavior and Performance.  Working paper, Harvard Business school.  25 novembre 2011, 56 p. 

 

portraitNote biographique

Biologiste diplômé de l’Université du Québec à Trois-Rivières et membre de l’Association des biologistes du Québec, Dominic Thibeault fait partie de l’équipe de la Direction de l’aménagement, gestion et développement durable du territoire de la Ville de Trois-Rivières. 

Nous joindre

344, route 321
Saint-André-Avellin
Québec  J0V 1W0

Téléphone : (514) 277-0228
Télécopieur : (514) 277-0093
Contactez-nous

Devenez membre

Voyez pourquoi vous devez être membre de notre association et profiter d'une foule d'avantages

Plus d'info